Plan d'urgence d'aides à l'agriculture

Aller en bas

Plan d'urgence d'aides à l'agriculture

Message  Grégory B. (09) le Mar 27 Oct - 9:50


Sarkozy doit détailler un plan d'urgence d'aide à l'agricultureLes producteurs craignent une nouvelle chute de leurs revenus en 2009. Jean-Michel Lemétayer, président de la FNSEA réclame un milliard d'euros d'aides.

Le chef de l'Etat Nicolas Sarkozy, doit annoncer ce mardi 27 octobre, lors d'une visite dans le Jura, les détails d'un plan d'urgence "massif" pour venir en aide à l'agriculture, en pleine crise. Les producteurs confrontés à d'importantes baisses de revenus ont déjà fait savoir qu'ils attendaient ce plan avec impatiente. Le discours du président, dans la petite ville de Poligny, qui se veut capitale du fromage comté, intervient onze jours après une forte mobilisation des agriculteurs sous l'égide de la FNSEA. La production laitière figure précisément au nombre des filières touchées par la crise agricole aiguë. Mais fruits et légumes, viticulture ou élevage de porcs ne sont pas non plus épargnés.

Un plan massif


Les producteurs qui ont déjà connu une baisse de leur revenu de 20% en moyenne en 2008 craignent une nouvelle chute en 2009. "Nous sommes dans l'urgence", a affirmé Jean-Michel Lemétayer, président de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles, syndicat majoritaire. Le syndicaliste réclame un milliard d'euros d'aides.
Jeudi, lors d'un déplacement en Moselle, le Premier ministre, François Fillon, avait indiqué que le plan d'urgence serait "massif" et "aussi important, aussi stratégique que celui qu'on vient de décider pour les petites et moyennes entreprises". 2 milliards d'euros ont été accordés aux PME pour leur permettre notamment de consolider leurs fonds propres. Le chef du gouvernement avait évoqué deux lignes directrices : soutien aux agriculteurs avec possible prise en charge de "cotisations" et d'"intérêts d'emprunts" et mesures de modernisation.

"Une nouvelle réduction" dans le budget de l'UE


L'intervention de Nicolas Sarkozy, son quatrième discours sur l'agriculture depuis son entrée à l'Elysée, survient alors que la Commission européenne travaille actuellement sur le futur cadre budgétaire européen pluriannuel qui prévaudra à partir de 2014.
Dans un document à paraître fin novembre, susceptible donc d'être modifié, l'UE prévoit "une nouvelle réduction significative de la part totale dévolue à l'agriculture dans le budget de l'UE". Actuellement, le budget de la Politique agricole commune (aides directes aux agriculteurs et développement rural) absorbe 47% du budget total de l'UE (116 milliards d'euros en 2008).

(Nouvelobs.com avec AFP)



Source : http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/social/20091027.OBS5887/sarkozy_doit_detailler_un_plan_durgence_daide_a_lagricu.html


L'Europe qui diminue son budget consacré à l'agriculture + le nombre de pays européen qui a augmenté, çà nous donne un gateau plus petit sur lequel il faut faire plus de parts.
Donc les agriculteurs français toucheront des cacahuètes.

La France a toujours été un pays agricole, le premier en Europe, l'agriculture était une fierté française, un fleuron de notre économie.
Voir où on en est aujourd'hui.
Si Chirac avait une grosse popularité chez les agriculteurs, pour son sucesseur on ne peut en dire autant, Sarkozy n'aime pas les agriculteurs, mais c'est réciproque. Donc étant plutôt de droite, je pense qu'il y a quelque chose d'intéressant à faire pour Debout La République avec le monde agricole. Ce qui a déjà été commencé durant les européennes.
Grégory B. (09)
Grégory B. (09)
Scribe constant
Scribe constant


Revenir en haut Aller en bas

Re: Plan d'urgence d'aides à l'agriculture

Message  Patriote le Mar 27 Oct - 16:12

Agriculture : Nicolas SARKOZY écope un bateau qui coule


L’ampleur du plan en faveur de l’agriculture, annoncé aujourd’hui par le président de la République, doit être saluée.


Mais, hélas, il n’en s’agit pas moins d’une réponse tardive, insuffisante et incertaine.


Tardive,
car le chef de l’Etat se scandalise d’une situation - un peu comme s’il
la découvrait - qu’il a lui-même laissé se développer depuis plus d’un
an.

Insuffisante,
car si les déséquilibres de répartition de la valeur ajoutée entre
producteurs et distributeurs sont dénoncés, rien de concret n’est
proposé pour y mettre un terme.

Incertaine,
car une fois de plus le président de la République s’en remet à
l’Europe pour réguler dans la durée les marchés agricoles, ce qu’elle
se refuse obstinément à faire, à l’unisson avec l’OMC toujours autant
animée d’une vision ultralibérale, suicidaire, de l’agriculture.


Au-delà des grands mots qui ressemblent une fois de
plus à de vaines promesses électorales, on a bel et bien le sentiment
que le chef de l’Etat a décidé d’accompagner la crise de l’agriculture
française au lieu de lui apporter une réponse durable. Alors que le
bateau coule, il se contente d’écoper.


Pour sa part, Debout la République réclame à nouveau le
rétablissement de prix minimum garantis, assortis de quotas, dans le
cadre d’une PAC rénovée et non pas démantelée, car une nouvelle fois
les agriculteurs ont avant tout besoin d’une vraie régulation durable
des marchés plutôt que de plans d’urgence qui s’empilent les uns sur
les autres.


Nicolas DUPONT-AIGNAN
Député de l’Essonne
Président du rassemblement gaulliste
Debout la République
Patriote
Patriote
Modérateur
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Le pire viendra t'il de Bruxelles ?

Message  France Eternelle le Mar 27 Oct - 19:28

Le discours de NS, empreint de tonalité protectionniste, de vision stratégique aurait pu faire penser à une diatribe de l'un de nous ou de notre président NDA, tout y est dans la vision Gaulliste, force donc de reconnaitre qu'il ne s'agit pas d'un discours de NS, l'empreinte de Guaino est clairement ressentie.
La presse (aux ordres) s'en est faite échos, avec moult explications, mais comme un discours de notaire, il est important d'écouter les conclusions, qui est :

LA COMMISSION EUROPÉENNE VA ETUDIER LE PROJET FRANÇAIS ET S'ASSURER QUE CELUI-CI CORRESPOND A L'ENSEMBLE DES CRITÈRES NE METTANT PAS EN PÉRIL LA NOTION DE "LIBRE CONCURRENCE ET NON FAUSSÉE".

Ce que ces gens veulent c'est une guerre civile à l'échelon continental, qu'ils chargent pas trop la mule les techno-cocos, cela pourrait faire mal, néanmoins un petit oscar, pour ces jeans-foutres, le rejet de ce plan et une nouvelle capitulation du gouvernement et du parlement pourrait donner le départ d'un énorme feu d'artifice !
France Eternelle
France Eternelle
Scribe constant
Scribe constant


Revenir en haut Aller en bas

Re: Plan d'urgence d'aides à l'agriculture

Message  Grégory B. (09) le Mer 4 Nov - 11:50

Le plan de Sarkozy est loin de faire l'unanimité et de ramener le calme dans le monde agricole

Des agriculteurs du Gers ont déversé hier soir du fumier devant l'entrée de la préfecture à Auch pour protester contre le plan d'aide à l'agriculture du président de la République, a constaté un correspondant de l'AFP.

Une soixantaine de membres du syndicat des Jeunes agriculteurs (JA) venus avec leurs tracteurs, selon la police, une centaine selon les organisateurs, se sont rassemblés entre 22h00 et 23h00 devant la préfecture du Gers après avoir déversé du fumier sur deux véhicules de police qui tentaient de leur barrer le passage.

Les agriculteurs ont ensuite poursuivi leur action en jetant du lisier et des carcasses de poulet devant la Direction départementale de l'environnement et de l'agriculture (DDEA) et la perception des impôts.

"Comme nous l'avons fait lundi en rendant le chèque d'un milliard au préfet, nous venons dire notre refus des mesures du président qui ne nous parait pas suffisant, notamment les prêts qui ne feraient qu'endetter un peu plus les agriculteurs", a dénoncé le secrétaire général des JA dans le Gers, Stéphane Zanchetta.

"Nous continuons de demander une année blanche fiscale et une exonération des charges sociales", a-t-il précisé.
Les JA exigent une "régulation des marchés" et attendent "une réponse rapide de la part de l'Etat et du gouvernement" et menacent de multiplier leurs actions en direction des services de l'Etat dans le Gers.

Nicolas Sarkozy a annoncé un plan de 650 millions d'euros d'aide et d'un milliard d'euros de prêts à taux réduits destiné à faire face à la crise de l'agriculture.

Source : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/11/04/01011-20091104FILWWW00399-manifestation-de-fermiers-dans-le-gers.php
Grégory B. (09)
Grégory B. (09)
Scribe constant
Scribe constant


Revenir en haut Aller en bas

AGRICULTURE ET EURO

Message  patrick Mennessier-l'héno le Ven 13 Nov - 0:15

Je pose une simple question que tous les politiques ignorent :

Le passage du franc a l'euro a vu une augmentation considérable du prix des fruits et légumes ( 5 a 8 fois ) , augmentation qui aurait du bénéficier aux agriculteurs , or ce n'est pas le cas ! Ou est passé l'argent de toutes ces augmenations , ou passe t il ?

patrick Mennessier-l'héno
Scribe constant
Scribe constant


Revenir en haut Aller en bas

Re: Plan d'urgence d'aides à l'agriculture

Message  David J. le Lun 23 Nov - 15:12

patrick Mennessier-l'héno a écrit:Le passage du franc a l'euro a vu une augmentation considérable du prix des fruits et légumes ( 5 a 8 fois ) , augmentation qui aurait du bénéficier aux agriculteurs , or ce n'est pas le cas ! Ou est passé l'argent de toutes ces augmenations , ou passe t il ?
Je ne sais pas où il est passé mais ce que nous devons savoir c'est que nombre de commerces ont augmenté leurs tarifs au moment du passage ... Le passage à l'€uro a permis aux industriels et autres intermédiaires de s'enrichir ... Pouvons nous encore imaginer qu'une baguette de pain vaire de 0.40 € à 1,50 € soit de 2 Francs 62 cts à 9 Francs et 84 cts ...
Qui d'entre nous achetait son pain 2 Francs et combien le payaient 9 Francs ? En quoi le prix du blé peut justifier cette augmentation ? De plus quels sont les montants de l'Impôt aujourd'hui calculé en €uros ... ?

David J.
Scribe constant
Scribe constant


Revenir en haut Aller en bas

Question essentielle....

Message  patrick Mennessier-l'héno le Lun 23 Nov - 15:21

Je reviens sur cette question que tous les politiques ignorent , ou va l'argent des augmentations considérables des denrées alimentaires lors du passage du franc a l'euro ? ET je suis persuadé qu'une campagne électorale menée sur ce sujet ( entre autres) serait couronnée de succès !
Je le demande a NDA .
car tout de meme , beaucoup d'agriculteurs , de paysans ( dans le sens noble du terme ) , vivent avec 1000 euro par mois .
Il y a quelque chose qui ne va pas , qui ne va plus .

patrick Mennessier-l'héno
Scribe constant
Scribe constant


Revenir en haut Aller en bas

Re: Plan d'urgence d'aides à l'agriculture

Message  Anne94 le Lun 14 Déc - 21:52

Chute historique du revenu des agriculteurs en 2009

Le revenu moyen des exploitations professionnelles a baissé de 32% cette année. Les plus touchés sont les éleveurs laitiers avec une dégringolade de leur revenu de 54%.

La ferme France broie du noir. Le revenu moyen des exploitations professionnelles a baissé selon les comptes publics de l'Agreste, l'organisme du ministère en charge de la statistique, de 32% cette année. Soit en tenant compte de l'inflation, un niveau identique à celui du début des années 90.

Aucune production n'est épargnée. Les plus touchés, sont les éleveurs laitiers avec une dégringolade de leur revenu de 54%. Suivent de près les producteurs de fruits (-53%), les céréaliers (-51%) et les maraichers (-34%). Certes, les charges à l'exception des engrais ont diminué cette année par rapport à 2008 mais moins vite que le prix des produits. Et les rendements même s'ils sont meilleurs, comme c'est par exemple le cas du blé, n'ont pas compensé la chute des cours internationaux.

30 à 40 ans en arrière

«C'est une situation désastreuse, nous revenons 30 à 40 ans en arrière, explique Guy Vasseur, le numéro deux de l'association des chambres d'agriculture françaises bien placé pour succéder à Luc Guyau en partance à la présidence de la FAO. En terme de revenu moyen cela correspond à 14.600 euros par exploitation et par an, cequi veut dire qu'il y a des situations encore plus catastrophiques, avec un tiers des exploitations qui ont un revenu nul voir négatif», insiste l'agriculteur du Loir et Cher.

À l'instar de Pierre Bot, jeune céréalier dans les Yvelines. «Je vais dégager cette année un résultat négatif de 30.000 euros, et cela ne vas pas s'améliorer car l'année prochaine, on va nous supprimer une partie de nos aides européennes, 100 euros de l'hectare, ce qui fera sur 100 hectares une perte de 10.000 euros. On ne pas imaginer en rester là. La majorité d'entre nous est obligée d'avoir un autre métier en dehors de la ferme», déplore ce jeune agriculteur. Le ministre de l'Agriculture, Bruno Le maire, entend cette détresse. «Je tiens à ce que chaque agriculteur trouve une solution, c'est pour cela que nous avons adopté le plan d'urgence et que je veille à son application dans les campagnes», explique-t-il au Figaro.

La Pac doit être réformée pour la coordination rurale

Insuffisant pour les syndicats. «Le plan de soutien au secteur ne représente, dans cette situation, qu'une petite bouffée d'oxygène qui ne compense pas les pertes et devra être renforcé, réagit la FNSEA, premier syndicat agricole français. Face à ce tableau si sombre, il faut retrouver des voies d'espoir. Il y a des idées fortes à porter. Parmi celles-ci une PAC plus souple, plus réactive, plus efficace, régulatrice des marchés». «Triste Noël pour les agriculteurs, souligne de son côté la Coordination rurale. Plutôt que des discours qu'ils sont las d'entendre, ils veulent maintenant des décisions urgentes et à la hauteur du drame qu'ils vivent: la PAC doit être réformée dans l'objectif de permettre aux agriculteurs de nourrir leurs concitoyens en vivant dignement du prix de leur production». Enfin la Confédération paysanne indique que «les agriculteurs sont au bord du gouffre. Depuis des semaines, nous demandons que le gouvernement agisse pour un meilleur partage de la valeur ajoutée tout au long des filières. Les profits des entreprises de transformation et de distribution ne souffrent pas, certains voient même leur «capitalisation boursière» revenir à un très bon niveau», poursuit la centrale de Bagnolet. Reste à savoir si ces revendications seront satisfaites dans le cadre de la loi de modernisation agricole qui doit passer devant le Conseil des ministres le 13 janvier prochain.

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2009/12/14/04016-20091214ARTFIG00558-chute-historique-du-revenu-des-agriculteurs-en-2009-.php

Anne94
Scribe constant
Scribe constant


Revenir en haut Aller en bas

Re: Plan d'urgence d'aides à l'agriculture

Message  BA le Jeu 17 Déc - 10:51

Revenu agricole : Bruno Le Maire vire sa cuti en direct.

Invité de la matinale de France Inter, Bruno Le Maire, le ministre de l'Agriculture s'est lancé dans un vibrant plaidoyer anti-libéral, anti-mondialiste, régulateur, mettant en cause plus de 20 ans de politique agricole européenne.
 
Au moment même où une centaine d’agriculteurs déversaient de la paille devant l’Elysée, déployant une banderole « travailler plus pour crever plus », le ministre de l’agriculture, Bruno Le Maire, était sur France Inter pour porter le message gouvernemental. Une bonne parole qui s’est avérée plus surprenante que prévue.
 
Outre le constat d’une crise profonde, « la plus grave depuis 30 ans dans l’agriculture française », le ministre a exprimé l’urgence de sortir de cette situation : « le revenu des agriculteurs a retrouvé le revenu moyen des années 1990. C’est-à-dire que nous avons pris 20 ans de recul cette année en 2009 ».

Bruno Le Maire a pointé la variabilité des prix, la parité euro-dollar, se lançant un défi : « la régulation des marchés agricoles mondiaux ». Le combat s’annonce long et difficile : « ça prendra du temps, des années » admet le ministre.

Le risque, à plus long terme, la disparition de l’agriculture française : « l’agriculture est délocalisable ».

Premier mis en cause : le marché. Face au désarroi des agriculteurs qui interviennent à l’antenne - certains craquent en direct - c’est un ministre régulateur, antimondialiste qui entre en scène : «Il faut une meilleure répartition de la valeur ajoutée, ce n'est pas normal qu'en période de crise, les seuls à trinquer, ce soient les producteurs. Pas de coup de baguette magique, c'est une somme de décisions justes et équitables».

Bruno Le Maire l'admet : « On est allés beaucoup trop loin dans la libéralisation de ce marché là ».
Il se lance alors dans une défense à tous crins des aides agricoles : « Il y a aussi des choix politiques à faire. Celui de la préférence communautaire. Ce n'est pas normal que les pommes du Chili se déversent chez nous par milliers de tonnes alors que nous en produisons chez nous. Est-ce qu'il ne serait pas plus intelligent de mettre en place des circuits courts qui évitent aux produits agricoles de parcourir le chemin qu'ils parcourent aujourd'hui ? Chaque produit agricole parcourt en moyenne 2500 kilomètres aujourd'hui. Aux Etats-Unis, dans toutes les cantines scolaires, les circuits courts sont une obligation. Les produits consommés ne doivent pas venir de plus de 50 kilomètres ».

Après le surprenant exemple américain - au passage, Bruno Le Maire évite soigneusement une question sur la grande distribution...- la claque du matin : « Nous , en Europe, nous sommes les champions d'un libre-échange sans règles, sans contrôles, qui, à mon sens, est allé trop loin et doit être revisité ! ».
 
http://www.marianne2.fr/Revenu-agricole-Le-Maire-vire-sa-cutie-en-direct_a183162.html
 

BA
Scribe appliqué
Scribe appliqué


Revenir en haut Aller en bas

Re: Plan d'urgence d'aides à l'agriculture

Message  Anne94 le Jeu 17 Déc - 12:49

Opération coup de poing des agriculteurs devant l'Elysée

La centaine de manifestants ont deversé de la paille et du foin devant l'Elysée, avant d'être interpellés.

Une centaine de jeunes agriculteurs de la région parisienne et du nord de la France ont déversé tôt jeudi matin, devant l'Elysée, des round-ballers de paille et de foin. Ils les ont apportées avec six camionnettes de location. Une opération coup de poing entre 6 h 45 et 7 h 30 juste devant l'entrée centrale du palais présidentiel, où ne se trouvait pas le chef de l'Etat, qui a surpris les forces de l'ordre. Repoussés avec des gaz lacrymogènes, les manifestants ont été «parqués» en face de l'Elysée, rue Deduras, avant d'être interpellés et emmenés dans des cars de police.

Ces agriculteurs voulaient être reçus par le président de la République pour lui expliquer leur détresse. Ils demandent la mise en place d'outils de régulation et l'application de la clause de revoyure pour limiter la baisse des cours internationaux des matières premières agricoles.

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/12/17/01016-20091217ARTFIG00513-operation-coup-de-poing-des-agriculteurs-devant-l-elysee-.php

Anne94
Scribe constant
Scribe constant


Revenir en haut Aller en bas

Re: Plan d'urgence d'aides à l'agriculture

Message  Patriote le Jeu 17 Déc - 12:56

Anne94 a écrit:Opération coup de poing des agriculteurs devant l'Elysée

La centaine de manifestants ont deversé de la paille et du foin devant l'Elysée, avant d'être interpellés.


Comment savaient-ils qu'il y avait un cochon et des ânes à l'interieur ?
Patriote
Patriote
Modérateur
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Plan d'urgence d'aides à l'agriculture

Message  Anne94 le Jeu 17 Déc - 13:02

lol!

Anne94
Scribe constant
Scribe constant


Revenir en haut Aller en bas

Re: Plan d'urgence d'aides à l'agriculture

Message  didier11 le Sam 30 Jan - 17:31

Un énième plan de soutien à l'agriculture, il "suffirait" de payer les agriculteurs et éleveurs au juste prix.

Sur France Inter, récemment, un producteur de fruit de 57 ans, en larme. Les centrales d'achats lui "volaient" ses poires à 9 centimes le kilo, pas le choix le pauvre type.
On les retrouve en rayon aux alentour de 300 centimes le kilo. Ils y en a bien qui se gavent sur son dos ainsi que sur le notre. Et pour qu'ils puissent continuer à faire d'énormes profits, l'argent public calmera une fois de plus nos paysans. Ca fait trés cher le kilo de poires si on compte tout.

Autre exemple, le jeune veau actuellement à 50 euros pièces sur pieds, regardez le prix au boucher.

Et le lait, 1 euro le litre en rayon. Vous avez bien entendu ces temps ci le prix qui était accordé aux éleveurs.

SCANDALE.

L'intérêt général est bafoué, seul le profit de quelques uns semble être l'objectif.

Un peu d'ordre républicain dans l'organisation de notre économie est maintenant indispensable sinon......

didier11
Scribe discret
Scribe discret


Revenir en haut Aller en bas

Re: Plan d'urgence d'aides à l'agriculture

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum