Nicolas Hulot et ses dérives - Les deux visages de l'écologie

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: Nicolas Hulot et ses dérives - Les deux visages de l'écologie

Message  enoch le Jeu 10 Déc - 17:52

Sur le Café de la République nous avons ouvert un forum pour mettre en place un livre blanc des idées des militants de DLR et en particulier sur l'économie écologique.
Vous devriez participer !
Jean François Broggio

enoch
Scribe discret
Scribe discret


Revenir en haut Aller en bas

nicolas hulot et ses dérives

Message  bernard01 le Sam 12 Déc - 7:27

en mars 2008,est paru le livre de marie-monique ROBIN(le monde selon MOSANTO)aux éditions la découverte,preface de nicolas HULOT dont je vous livre un petit extrait.(l'enquete de marie-monique ROBIN est sérrée,elle est conduite au laser,les faits sont là,indubitables,les témoignages nombreux et concordants,les ecrits dévoilés,les archives décryptées.son livre n'est pas un pamphlet nourri de fantasmes ou de ragots.il fait surgir un réel terrifiant.au moment ou la firme nord-américaine se dote d'une ambition encore plus (totalisante)que les précédentes-imposer les organismes génériquement modifiés(OGM)a la paysannerie et a la consommation alimentaire mondiale-ce livre indispensable autorise à se demander tant qu'il est encore temps,s'il faut continuer a permettre a une société comme MONSANTO de détenir l'avenir de l'HUMANITE dans ses éprouvettes et d'imposer un nouvel ordre agricole mondial.nicolas HULOT.
bonne lecture,si cela n'est déja fait.bernard01

bernard01
Scribe appliqué
Scribe appliqué


Revenir en haut Aller en bas

Re: Nicolas Hulot et ses dérives - Les deux visages de l'écologie

Message  Grégory B. (09) le Sam 2 Jan - 17:40

Quand les écolos-bobos polluent beaucoup pour leurs vacances

Vacances aux Maldives : Cécile Duflot répond aux critiques

«Qu'on arrête avec cette polémique ! J'ai rien à dire, mais alors rien de rien, vraiment rien...». Visiblement, Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts, n'a pas vraiment apprécié que le Canard
Enchaîné révèle, dans son édition du 23 décembre, qu'elle a passé ses vacances de Noël aux îles Maldives.

Un choix de destination qui, depuis une semaine, enflamme la toile. «Bonjour le bilan carbone !», ironise ainsi un blogueur sur Le Post. «Super vacances écologiques (...) Triste que tout cela !», enchaîne Bellaciao.

«Pourquoi a-t-elle voulu cacher sa destination ?»

Il y a deux semaines, en partance pour le sommet de Copenhague, cette valeur montante de la scène politique française s'était déjà distinguée en se rendant dans la capitale danoise en
train. Avant de repartir le lendemain, en avion, pour les besoins d'un plateau télé programmé à 13 heures...
Ce voyage aux Maldives serait-il un nouveau faux pas ? «Pourquoi a-t-elle voulu cacher sa destination ?», s'interrogeait le Canard.
«Elle peut toujours prétendre qu’elle va étudier dans ce paradis terrestre les effets du réchauffement climatique sur les terres à peines émergées, ou alors a-t-elle honte tout simplement de ne pas y être allée en pédalo ?», ironisait l'hebdomadaire.

«Ce voyage, c'était un cadeau de mon amoureux»


Désormais revenue de ses vacances lointaines, Cécile Duflot balaie ces arguments d'un revers de la main. «Je n'ai pas à me justifier», se défend-elle, interrogée par leparisien.fr. C'est complètement dingo cette polémique ! Ce voyage, c'est une surprise, un cadeau personnel de mon amoureux (Ndlr. le photographe Xavier Cantat, frère de Bertrand, le chanteur de Noir Désir).
Je cherche donc à savoir qui a pu savoir, puisque je n'étais moi-même pas au courant. J'en suis à me demander si je ne suis pas sur écoutes téléphoniques...».
Bref, à trois mois des élections régionales, où elle sera la têtede liste d'Europe Ecologie en Ile-de-France, Cécile Duflot n'apprécie guère la manoeuvre. Et rappelle que les Verts n'ont «jamais été pour l'interdiction de l'avion, que je sache. Et que je n'ai jamais donné de leçon à la planète entière...»

Source : http://www.leparisien.fr/politique/vacances-aux-maldives-cecile-duflot-repond-aux-critiques-30-12-2009-760479.php

Grégory B. (09)
Scribe constant
Scribe constant


Revenir en haut Aller en bas

Re: Nicolas Hulot et ses dérives - Les deux visages de l'écologie

Message  Grégory B. (09) le Sam 2 Jan - 17:58

Encore une dérive et un abus des escrologistes.

Le salon de la chasse de Rambouillet, plus grand salon de la chasse en Europe a de fortes chances d'être annulé par une procédure abusive de quelques écologistes amenés par le célèbre et médiatique Arthus Bertrand.
Une fois de plus on s'attaque à un pan de la chasse car l'objectif est l'interdiction pure et simple de la chasse, activité pourtant des plus légales en France.
Tous ces écolos commencent à me les briser menu, pour rester poli.


Les écologistes tentent de faire interdire la tenue du salon de la chasse de Rambouillet en mars 2010 !
Le
salon de la chasse de Rambouillet commençait à s'installer sur le site
hautement symbolique du domaine de Rambouillet qui a vu chasser, les
plus grands de ce monde depuis des décennies.
Une vingtaine
d'écologistes menés par Yann Arthus Bertrand, sous prétexte que le site
est classé Natura 2000, a fait pression sur l'Élysée pour faire stopper
les travaux d'aménagement préparatoires à l'installation du chapiteau,
dans lequel doit se tenir le salon, alors même que tous les services de
l'État, à Rambouillet, avaient opéré un travail exemplaire, y compris
les administrations ayant en charge la gestion des zones Natura 2000
qui avaient donné leur accord pour la mise en place du salon.
Malgré
cela, le médiatique photographe et son équipe d'écologistes a fait
plier l'Élysée, s'appuyant sur de faux arguments, tout ceci sur fond de
contexte politique, à l'approche des régionales.
1 300 000
chasseurs, leurs sympathisants et l'ensemble du secteur économique du
monde de la chasse, sont-ils en mesure de faire changer d'avis,
l'Élysée ?
avatar
Grégory B. (09)
Scribe constant
Scribe constant


Revenir en haut Aller en bas

la chasse

Message  le curieux le Sam 2 Jan - 18:33

On aimerait voir les écolos s'insurger aussi fort contre l'installation de centaines d'éoliennes sur des sites classés au patrimoine de l'UNESCO! Ex. Baie du Mont-Saint-Michel...

le curieux
Scribe constant
Scribe constant


Revenir en haut Aller en bas

le monde selon mosanto

Message  bernard01 le Mar 5 Jan - 9:15

ce soir sur arte 22H25( l'emission le monde selon mosanto)du continent américain a l'inde,90%des ogm commercialisés dans le monde.reflexcions sur notre avenir alimentaire,et notre protection.sujet tres vaste et tres politique.

bernard01
Scribe appliqué
Scribe appliqué


Revenir en haut Aller en bas

Re: Nicolas Hulot et ses dérives - Les deux visages de l'écologie

Message  Grégory B. (09) le Ven 22 Jan - 8:49

Voila des informations qui montrent beaucoup d'inconséquence et d'inexactitudes dans les travaux des tenants du réchauffement climatique global d'origine humaine.


Les experts du climat épinglés sur les glaciers de l'Himalaya - LeMonde.fr

Après l'échec de la conférence de Copenhague, fin décembre 2009, le Groupe
d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) est
épinglé pour une erreur commise dans son dernier rapport (2007). Le
groupe de chercheurs, chargés par les Nations unies de synthétiser les
connaissances sur le changement climatique, y annonçait que les
glaciers himalayens, châteaux d'eau de l'Asie, pourraient avoir presque
complètement disparu en 2035. Or cette estimation, fausse, ne repose
pas sur des travaux scientifiques dûment publiés.

Révélée dimanche 17 janvier par The Sunday Times, l'affaire alimente depuis la
chronique - principalement dans la presse anglo-saxonne. Et a contraint
le GIEC à déclencher une enquête sur l'origine de la bourde.

Celle-ci tient en une phrase, à la 493e des 976 pages que compte le deuxième
volet ("Impacts, adaptation et vulnérabilités") du rapport du GIEC :
"Dans l'Himalaya, les glaciers se retirent plus vite que dans toute
autre partie du monde et, si les taux de retrait se maintiennent, la
probabilité est très élevée de les voir disparaître en 2035 et
peut-être plus tôt, si la Terre continue à se réchauffer au rythme
actuel." Mais, "dans cette phrase, prévient Christian Vincent, du
Laboratoire de glaciologie et géophysique de l'environnement, à
Grenoble, tout est faux".

Sa provenance est indiquée dans le texte : le GIEC renvoie à un rapport de 2005 du WWF (Fonds mondial pour la nature), la célèbre ONG de protection de la nature. Or, dit le climatologue Hervé Le Treut (Institut Pierre-Simon-Laplace), l'un des
auteurs du GIEC, "si un chiffre se retrouve dans un rapport du GIEC
sans avoir été publié et soumis au processus de "peer review"
(expertise préalable à une publication dans une revue à comité de
lecture), c'est une erreur".

Trois siècles ou une coquille

Non seulement le chiffre cité ne provient pas d'une étude scientifique,
mais le rapport de l'ONG sur lequel s'appuie le GIEC ne se fonde pas
non plus sur des travaux sérieux. En lieu et place d'une étude menée
dans les formes, le WWF citait ainsi un article de presse de 1999,
publié dans l'hebdomadaire américain New Scientist. Article dans lequel
un chercheur interrogé par le journaliste mentionnait la date de 2035
comme une bonne estimation de la disparition des glaciers himalayens.

La date de 2035 n'a sans doute pas été complètement inventée. Chistian
Vincent mentionne ainsi l'existence d'un rapport, publié en 1996, à la
demande de l'Unesco, par le glaciologue russe Vladimir Kotlyakov. Dans
ce texte, l'auteur estimait qu'en 2350, la surface des glaciers aux
latitudes moyennes se serait dramatiquement réduite, leur couverture
passant de 500 000 km2 aujourd'hui à quelque 100 000 km2. Une telle
réduction scellant la quasi-disparition des glaciers asiatiques. De
2035 à 2350, il y a, au choix, un peu plus de trois siècles ou une
petite coquille...

"Cette erreur doit être ramenée à sa juste mesure, tempère M. Le Treut. D'abord, elle ne change rien au fond du problème. Et il s'agit d'une erreur, sur plusieurs centaines de pages
!" Pages dont la prose est, de plus, d'une extrême densité. De plus, le
Résumé à l'intention des décideurs - document de quelques feuillets
résumant le rapport et qui est remis aux décideurs politiques - ne
citait pas la date de 2035. Preuve, s'il en fallait, que l'erreur
relève de la simple négligence, non de la volonté de tromper. En outre,
dit Jean Jouzel, membre du GIEC, elle a été commise par les auteurs du
deuxième volet du rapport (qui évalue les risques locaux), "qui sont
spécialistes d'enjeux régionaux, et pas des aspects purement
scientifiques" - les sciences climatiques stricto sensu relevant des
auteurs du premier volet.

Quant aux glaciers himalayens, explique M. Vincent, qui travaille sur le sujet, "on dispose de très peu d'informations sur eux". "On sait qu'ils sont en retrait continu depuis le milieu du XIXe siècle, mais nous avons très peu de longues séries de mesures suffisamment précises pour avoir une vision nette et globale de leur avenir à l'échelle de quelques décennies."

Source : http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/01/20/les-experts-du-climat-epingles-sur-les-glaciers-de-l-himalaya_1294249_3244.html
avatar
Grégory B. (09)
Scribe constant
Scribe constant


Revenir en haut Aller en bas

Re: Nicolas Hulot et ses dérives - Les deux visages de l'écologie

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum