Les impératifs écologiques pourraient-ils remettre en cause la démocratie ?

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Les impératifs écologiques pourraient-ils remettre en cause la démocratie ?

Message  David J. le Mar 10 Nov - 6:07

Dans le monde entier, et en Occident peut-être de manière plus marquée, il est indéniable que nous assistons à une « prise de conscience écologique ». Qui plus est, les contraintes écologiques (tris sélectifs, augmentation des prix...) sont de plus en plus comprises, et même admises. Mais ces exigences ne risquent-elles pas de mettre à mal le système démocratique ? Les citoyens se sont ainsi demandés tout au long du débat si les impératifs écologiques pouvaient fonder une autorité nécessaire à un gouvernement non-démocratique.

Cette interrogation du citoyen est d'autant plus justifiée que pendant des années, « le discours sur les préoccupations écologiques a été raillé, réduit au rang de peur imaginaire » et qu'aujourd'hui, « c'est comme si la planète s'était réveillée brutalement ». Un sentiment d'urgence s'est en effet vite emparé de la société civile. Ce qui pour certains correspond à une responsabilisation (nous admettrions enfin l'importance des problèmes écologiques), ressemble pour d'autres à une « culpabilisation systématique des gens ». Pourquoi faire supporter tout le poids des choix politiques aux seuls citoyens ? Quid de l'empreinte écologique des grands groupes industriels ? Quid du manque de prise de décision des politiques ?
L'assemblée se demande alors si les impératifs auxquels nous serions confrontés ne seraient finalement pas des dogmes. Quelqu'un dans la salle avance même que nous serions devant « un dogme extrêmement protéiforme qui peut être récupéré avec d'autant plus d'opportunisme et de gravité qu'il correspond à des préoccupations réelles ». Toutes les mouvances politiques tentent effectivement de s'approprier l'écologie. Et il semble très facile d'amalgamer mesures scientifiques environnementales et arguments idéologiques.

Il est difficile de discerner ce qui est de l'ordre du dogme et ce qui est de l'ordre du fait écologique. D'autant que tout argumentaire idéologique se drape généralement de mesures scientifiques qui se veulent incontestables. Mais qu'est-ce qui est vrai ? Et qu'est-ce qui est urgent ? En effet, le sentiment d'urgence écologique s'établit de manière indiscutable grâce à des argumentaires scientifiques que l'on n'ose pas remettre en cause. On ne se prive pas d'ailleurs d'illustrer ces « vérités scientifiques » par des mises en scène, notamment en ce qui concerne le réchauffement climatique (par exemple le spectacle du détachement d'un bloc de banquise). Lorsque l'on aborde l'écologie d'un point de vue global, on privilégie en réalité l'émotionnel à l'explication par le raisonnement. « Un certain nombre de scientifiques dénoncent [par ailleurs] des exagérations médiatiques, des raccourcis faux, notamment celui consistant à imputer le réchauffement climatique aux seules activités humaines. » lance un intervenant. Dans la salle, on ne minimise pas pour autant l'impact de l'activité humaine sur l'environnement : le danger qui pèse sur la biodiversité, le problème de la pénurie en ressources naturelles, tous ces dangers sont bien présents. D'ailleurs, les préoccupations écologiques sont également celles de toutes celles et de tous ceux qui veulent protéger la Nature parce que source d'émerveillement. On évoque la Loi Littoral, le covoiturage, les économies de papier... La protection de l'environnement passerait aussi et avant tout par le niveau local, dans la vie de tous les jours. « Chacun doit faire sa part » dit-on dans la salle.

Mais une suspicion s'éveille aujourd'hui car l'écologie devient de plus en plus « à la mode ». Le greenwashing (l'éco-blanchiment) permet aux entreprises « de transformer les slogans écologistes pour les utiliser en slogans publicitaires ». Sans parler d'« arnaque écologique », les citoyens s'interrogent tout de même sur l'existence d'éventuelles intoxications médiatiques jouant sur des peurs déjà établies. Alors qui croire lorsque le doute s'installe ? Se pose ainsi la question de l'urgence écologique et de qui va en payer le tribut.

Avec l'écologie, la frontière est mince entre la science (du grec « oïkos », et « logos » : science de la maison, de l'habitat) et la politique. L'écologie est rapidement devenue, en s'affranchissant du cadre traditionnel droite/gauche, une thématique transversale, trans-partisane, voire même au-dessus des partis politiques. On se hasarde même à parler de nouvelle religion tant les valeurs véhiculées par les concepts écologiques touchent des dimensions existentielles (survie de l'humanité) et ontologiques (place de l'homme sur la planète et dans l'univers).

Finalement, malgré l'éclatante vérité écologique qui semble apparaître au grand jour, il existe encore de nombreuses zones d'ombre, des préjugés et des imprécisions. On insiste à ce propos dans la salle pour dire que les plus gros pollueurs sont aujourd'hui les pays en phase de développement industriel (Chine, Inde...).



Que peut-on en penser ?

David J.
Scribe constant
Scribe constant


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les impératifs écologiques pourraient-ils remettre en cause la démocratie ?

Message  Michael76 le Mar 10 Nov - 13:10

Article très intéressant……..





Je dirais que l’écologie est devenu un bon business pour
certains. Après avoir envie d e pourrir ou non son environnement, cela relève
de la conscience de chacun , Etat comme individu…..





De toute façon, 90% des gens pensent et agissent à court
terme……Donc, si la battage médiatique sur la grippe H1N1 , ça permet aux gens
de revoir leurs règles d’hygiène, c’est tant mieux…… si le battage écolo, ça évite le
gaspillage matériel, c’est du bénéf…..





De toute façon, pour les actions concrètes, c'est
une question de gouvernance mondiale
avatar
Michael76
Scribe appliqué
Scribe appliqué


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les impératifs écologiques pourraient-ils remettre en cause la démocratie ?

Message  David J. le Mar 10 Nov - 16:23

Michael76 a écrit:Article très intéressant……..De toute façon, pour les actions concrètes, c'est
une question de gouvernance mondiale

Vous dites gouvernance mondiale ... gouvernance mondiale ... gouvernance mondiale ...

Mais alors serions des "Hommes au milieu des ruines" ? La patrie ne voudrait-elle plus rien dire ... !?

David J.
Scribe constant
Scribe constant


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les impératifs écologiques pourraient-ils remettre en cause la démocratie ?

Message  Michael76 le Mar 10 Nov - 16:49

Je crois dans le droit international et respecte
profondément l’ONU…… Nous ne sommes pas dans el village d’Astérix, mais dans un
monde global.





Concernant le village global, je dirais que c’est une
réalité physique, économique et sociétale…..
• Physiquement, certaines activités dans une pays peuvent nuire à des habitants
d’un autre.. Pour exemple, je dois sans nulle doute mon cancer de la thyroïde
en 1999, au nuage de Tcherbonyl, donc à l’incompétence d’ingénieurs ukrainiens…
• La crise économique illustre l’interdépendance des circuits d’échange à
l’échelle du Globe. Les pays les plus pauvres sont moins touchés que els
occidentaux financant leur développement « A credit »
• Les conflits armées et les crises politiques entrainent des déplacements de
population qui peuvent déstabiliser les pays voisins….





Dans els décennies à venir, nous allons être confrontés à de
sérieux changements environnementaux, c’est CERTAIN…. Je doute que l’Etat, la Patrie, la Nation comme vous voulez l’appeler soit le cadre le plus approprié pour aborder ces questions concrètes et graves….
avatar
Michael76
Scribe appliqué
Scribe appliqué


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les impératifs écologiques pourraient-ils remettre en cause la démocratie ?

Message  David J. le Mer 11 Nov - 9:11

En fait vous n'êtes pas véritablement un souverainiste ... !?

David J.
Scribe constant
Scribe constant


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les impératifs écologiques pourraient-ils remettre en cause la démocratie ?

Message  Michael76 le Mer 11 Nov - 9:28

Cher ami bonapartiste,





Je ne vois pas le rapport…





Le global ne peut être fort si le local ne l’est pas





Si être un souverainiste, c’est penser que ma Nation, ma Patrie,
mon Etat passe en priorité avant les autres dans mes pensées et mes actes à
court terme, alors, je ne suis pas souverainiste….




Si être souverainiste, c’est penser que la responsabilité
individuelle de nos actes, pour chaque individu et chaque peuple, est prépondérante dans
la bonne organisation du monde global, alors je suis souverainiste…..





Faites votre choix ……., compagnon
avatar
Michael76
Scribe appliqué
Scribe appliqué


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les impératifs écologiques pourraient-ils remettre en cause la démocratie ?

Message  David J. le Mer 11 Nov - 10:55

Pour un bonapartiste selon mes valeurs il ne s'agit pas effectivement de tolérer la globalisation de nos sociétés. Certes nous visons la mondialisation mais je refuse dans les visions politiques d'admettre et de me plier aux volontés des USA car disons les choses, les USA commandent en premier en ces idées.

L'Empire peut, cas extrême, être une réalité. Pour autant, dans ma démarche, il y a la volonté de servir avant toutes choses la Nation avant tout !

Notez bien que votre discours tend à dire que nous vivons la mondialisation et que nous n'avons d'autres choix que de la supporter !

C'est lâcheté que de vouloir n'intégrer que cette orientation ! Vous dites, ailleurs, aimer l'esprit français ! Mais aimer l'esprit français c'est refuser de se laisser dominer par des valeurs ou idées que nous savons contraires à l'intérêt supérieur de la Nation !

Certes je suis Bonapartiste et je suis fier d'aimer le Drapeau !

Dans vos remarques, depuis le début, je perçois des volontés à considérer les minorités, qu'elles fussent celles de la souffrance ou d'autres choses mais je ne fonctionne pas ainsi. Vous aimez l'idée d'une société cosmopolite ... Vous disiez, au tout début, que l'étranger servait mieux vos particularisme ! Soit ! Faites le choix de vivre à l'étranger ! Ou aux USA ou au Canada !

Je ne suis pas même certain que les militants de DLR (ceux rencontrés hier par exemple) suivent vos orientations dans tous les cas ...

Pour ma part je demeure fidèlement bonapartiste et mesure qu'il nous importe, à nous autres fervents patriotes, d'inaugurer une ère nouvelle pour le Bonapartisme et à l’exemple du travail fondateur de nos empereurs nous devons redevenir autre chose que des étrangers aux regards de nos compatriotes.

On ne peut plus clairement affirmer notre amour du drapeau qu’en nous engageant sur la voie du renouveau et parce que nous avons à cœur de faire que la France puisse encore s’hériter, notre réponse sera la fondation d’un concept en tous points supérieur à l’Union Européenne puisque l’Empire est idéalement européen et que la France a encore un message à faire passer !

Certes certains analystes, fermés à nos idées et valeurs, voudront voir en cette reconstitution européenne l’avènement d’une société multiple en termes géopolitiques et des axes religieux très différents mais nous ne pouvons plus accepter de voir nos valeurs détruites au prétexte que certaines entités cherchent à s’implanter durablement et à fonder des logiques de sécession. Comme d'ailleurs nous percevons bien que la société cosmopolite voulue par les USA pour l'Europe constitue un réel danger pour l'unité nationale !

Soyons clairs, les gouvernants et autres décideux font le choix de sacrifier des pans entier de la population parce qu’ils ont peur des minorités agissantes au sein de leurs États respectifs. Pour autant l’esprit cosmopolite ne peut s’entendre comme d’un idéal à défendre car l’exclusion des hommes et la ruine de l’État social est fondé justement sur cette volonté d’accorder toujours des droits différenciés aux membres d’une communauté utopique.

Les réponses politiques aux crises de l’identité ne peuvent donc reposer sur un abandon de nos valeurs mais au contraire sur l’affirmation de la toute puissance de l’État politique sur les populations qui lui sont soumises.

Ne soyons pas dupes. La déréglementation du travail et l’accroissement du travail précaire, dans une société telle que la nôtre, trouvera son apogée dans la ruine de l’État nation. Dès lors des pans entiers de la population seront durablement exclues de la sphère de production atlantiste et l’objectif d’une intégration à un système qui préserve les citoyens sera dès lors impossible.

Nous devons donc fonder notre démarche politique contre les volontés des libéraux, lesquels imaginent un changement de philosophie politique, une rupture d’avec cet idéal nationaliste qui considérait et considère toujours autant de développer le marché intérieur plutôt que de servir aux intérêts apatrides du capitalisme mondial.

Nous voulons donc servir aux seuls intérêts des nationaux et se faisant devons relancer la consommation des ménages français. Comprenons bien que la ruine de notre modèle est le fait même qui engendre l’exclusion, la dualisation de la société et qui à terme, comme nous le percevons encore aujourd’hui, remet en cause nos politiques sociales et l’ensemble des acquis que les travailleurs avaient obtenus durant les Trente Glorieuses.

De la même manière la garantie de l’emploi, l’accès à un logement, les droits à la santé sont remis en question. Dès lors des catégories de la population sont marginalisées ou en voie de l’être délibérément. Cela se traduira en une rupture historique et se vérifiera par l’instauration de véritables quartiers ghettos. Sans parler de régions totalement sacrifiées. On assiste donc sous le pouvoir du Sarkozysme, mais aussi d’un certains socialisme libéral représenté par Dominique Strauss-Khan, au clivahe de la société française. D’ailleurs ne sont-ils pas si proches qu’ils se soutiennent malgré les apparentes oppositions ? N’ont-ils pas pour envie la mise en concurrence des régions entre elles ?

Dès lors vous avez raison ... Je ne suis pas un atlantiste mais un bonapartiste ! Et pour finir je pense effectivement que notre volonté de faire vivre l'aspect souverain du peuple aidera ce peuple à se survivre ! Le Monde n'a pas attendu les libéraux pour être Monde ... Relisons, si vous le voulez bien, Schopenhauer et sur les illusions du Monde ...

David J.
Scribe constant
Scribe constant


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les impératifs écologiques pourraient-ils remettre en cause la démocratie ?

Message  Michael76 le Mer 11 Nov - 12:30

Soyons, clair, les sociétés humaines actuelles sont le fruit
de millénaires d’échanges et de métissages…..Et nos modes de vie actuels nous
font vivre dans un monde global.





C’est un fait historique et social.





Par contre, l’uniformisation des modes de vie est un choix
politique HAUTEMENT CONTESTABLE… Je travaille beaucoup sur la préservation du patrimoine immatériel , et les dégâts de ce choix sont considérables.


Dans Le Bonapartisme et le Gaullisme, je reconnais un mode de
pensée visant à chercher l’unité dans la diversité…. La France n’a pas un
peuple homogène ethniquement et socialement depuis …. 1200 ans. Il faut une
gouvernance fiable pour nous diriger dans la même direction. IL s’agit là d’une organisation horizontale de la gouvernance.






Le Confucianisme, quand à lui, offre des solutions en termes d’organisation
verticale de la société….






Ce sont pour moi des
orientations politiques universelles et efficaces






« « Dans vos remarques, depuis le début, je perçois des volontés à
considérer les minorités, qu'elles fussent celles de la souffrance ou d'autres
choses mais je ne fonctionne pas ainsi. Vous aimez l'idée d'une société
cosmopolite ... Vous disiez, au tout début, que l'étranger servait mieux vos
particularisme ! Soit ! Faites le choix de vivre à l'étranger ! Ou aux USA ou
au Canada !
» » »


Une société cosmopolite, n’est-ce pas une société qui
respecte les diversités et les unit dans un ensemble….





Dans votre discours, je perçois ce qui m’a fait tant
souffrir depuis 30 ans en France, et que je ne pensais du tout le trouver chez un
bonapartiste
…. : la négation de
l’individu
au profit du peuple, de la Nation, de la corporation….



Alors que mes ascendants vivent en France depuis 5 ou 6
siècles, alors que j’ai passé mon temps à travailler en secteur associatif et à
me former pour m’améliorer, je me suis rendu compte que nos concitoyens ne réfléchissaient
pas en terme d’individus et d’actions, mais en terme d’appartenance à une corporation……, et le prestige qui en découle…….


Par exemple, J’ai été Secrétaire d’une association de
chercheurs, assez cotée, mais qui ne fonctionnait plus depuis belle lurette….. Tout
le monde s’en moquait, l’importance était le prestige tirait d’une carte de membre
et d’une fonction de Cadre. J'ai été viré pour "motivation excessive"



En terme de
management d’entreprise, nos dirigeants se focalisent sur le montant du Chiffre d’affaire de la société. Les cadres
élevés à la sauce anglo-saxonne (dont je suis) se concentrent sur la façon de
mettre les gens en position de performer………





Je suis un pragmatique….. Je ne sais pas faire de longues
diatribes sur la soi-disant menace arabo-musulmane ou anglo-saxonne…… Je ne
sais pas me montrer emphatique sur la monarchie, l’empire ou les « valeurs »
françaises…….


Tout ce que je vois, c’est un pays à la dérive, mais
porteurs d’un immense potentiel, où se côtoient
gauchistes , isolationnistes, carriéristes et naifs…… Tout ce que je vois, c’est
un pays qui EXIGE que je reste à ma place d’handicapés et qui rejette toute initiative.Je pourrais très bien passer mon temps à revendiquer et accepter une place réservée au handi dans une entreprise ou la fonction publique..... là, je serais un bon patriote, n'est-il pas????









  • Savez
    vous que tous les cadres français de haut calibre …… Se TIRENT ?????,
    car ils ne trouvent rien en France, Pendant qu’on régularise et qu’on
    accueille toute la misère du monde
  • Est-ce
    être bonapartiste que de laisser toutes els forces vives dans els
    problèmes ????
avatar
Michael76
Scribe appliqué
Scribe appliqué


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les impératifs écologiques pourraient-ils remettre en cause la démocratie ?

Message  Michael76 le Mer 11 Nov - 12:38

Pour finir, je dirais que mon implication dans DLR et FB
vise uniquement à apporter à la France dans laquelle j’aurais aimé grandir…….J’ai
beaucoup d’amis étrangers, je suis bien accepté à l’étranger et j’espère y
être d’ici le printemps.





J’accepte le fait de couler avec le navire uniquement si le navire m’a
apporté beaucoup….. Mais là, c’est moi qui veut apporter ma modeste contribution au
sauvetage du navire France.
avatar
Michael76
Scribe appliqué
Scribe appliqué


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les impératifs écologiques pourraient-ils remettre en cause la démocratie ?

Message  David J. le Mer 11 Nov - 13:24

Michael76 a écrit: ...Tout ce que je vois, c’est
un pays qui EXIGE que je reste à ma place d’handicapés et qui rejette toute initiative.[b]Je pourrais très bien passer mon temps à revendiquer et accepter une place réservée au handi dans une entreprise ou la fonction publique..... [u]là, je serais un bon patriote, n'est-il pas????

Mais vous êtes seul à vous identifier par rapport au handicap ... !

David J.
Scribe constant
Scribe constant


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les impératifs écologiques pourraient-ils remettre en cause la démocratie ?

Message  Michael76 le Mer 11 Nov - 18:14

C’est l‘image qu’on me renvois quotidiennement…… depuis plus
de 10 ans. Je suis handicapé, donc je dois faire cela…. alors que Je me définis comme
chercheur et entrepreneur….


Mais je sais que c’est
pareil pour d’autres……, dans d’autres domaines
……
tout est stéréotypé.......






Mais j’ai dépensé toute ma patience…….. Je crois que els
Latins sont moins profonds que els anglo-saxons ou els Germains…… Ils parlent
moins, mais on peut compter dessus.
avatar
Michael76
Scribe appliqué
Scribe appliqué


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les impératifs écologiques pourraient-ils remettre en cause la démocratie ?

Message  Michael76 le Mer 11 Nov - 18:57

Cher ami bonapartiste,





D’une certaine manière, mes problèmes sont communs……et j’y
vois même une dichotomie Catholique///Protestant





Quand on pense France, Italie, on pense arts, culture,
cuisine, Histoire , éducation…… On ne
pense pas du tout gestion des ressources humaines, Industries, innovation,
initiative individuelle…..






Dans les pays anglo-saxons ou germaniques, c’est l’inverse…….C’est
le choix entre le fond et la forme.





Mais pour moi, un Français pouvant réfléchir comme un
Allemand, C’est la crème de la planète….. Une France gérée à la manière
coréenne .. ;-) serait la première puissance mondiale…… , c'est certain


Une doctorante d e l’EHESS
m’avait dit une fois que els chercheurs français étaient très appréciés, tant
les gens connaissaient notre chemin de croix …. Si on marche ne France, on
coure à l’étranger. Les sportifs d e haut niveau sont un bon exemple….Pour els
Français, des accessits partout, une domination outrageante nulle part…..





Donc ce pays a un problème avec son etat d'esprit……
avatar
Michael76
Scribe appliqué
Scribe appliqué


Revenir en haut Aller en bas

NATION ET ECOLOGIE

Message  patrick Mennessier-l'héno le Jeu 12 Nov - 23:08

Une nation seule n'a aucun pouvoir pour intervenir sur l'écologie , la France seule ne peut et ne pourra jamais intervenir efficacement si elle n'est pas accompagnée . et la , au moins, l'europe a un interet .
Je crois que beaucoup ne se rendent pas compte des enjeux pour la planète et pour toutes les espèces y vivant .
Déforestation
avancées des déserts
Famine
Disparition d'une multitude d'espèces animales
Augmentation du niveau de la mer
Manque d'eau

Et tout cela accompagné évidemment d'une surpopulation venant se greffer et amplifier les périls .
Par la faute de gouvernants incapables de se projetter dans l'avenir .

Mais sur ce point , s'il vous plait , l'europe est indispensable , le nier pour moi est faire preuve d'une naiveté bien coupable...

patrick Mennessier-l'héno
Scribe constant
Scribe constant


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les impératifs écologiques pourraient-ils remettre en cause la démocratie ?

Message  David J. le Ven 13 Nov - 19:48

Nous devrons cependant trouver des solutions car déjà le climat bouleverse les équilibres de nos régions ... De la même manière nous devons pouvoir conserver notre indépendance énergétique ... Des pistes sont à rechercher !

David J.
Scribe constant
Scribe constant


Revenir en haut Aller en bas

Nos régions...

Message  patrick Mennessier-l'héno le Ven 13 Nov - 22:07

Tant d'interets , tant de blocages sont présent avec des gens totalement égoistes se disant dans 20 ou 30 ans de toutes manieres je ne serais plus la...alors autant en profiter pour " bien " vivre !

patrick Mennessier-l'héno
Scribe constant
Scribe constant


Revenir en haut Aller en bas

les impératifs écologiques...

Message  le curieux le Sam 5 Déc - 19:21

N'est-il pas surprenant de voir fleurir partout des affiches "hopenhagen", dont le nombre indique que cette campagne subite doit coûter fort cher, et dont le but est probablement
d'inciter les citoyens à se sentir écolos?
Après le Grenelle prétendument de l'environnement, qui nous a surtout apporté des restrictions et des contraintes, et, bien sûr, des taxes, ne prépare-t-on pas l'opinion à
admettre, sous prétexte de mesures indispensables à la survie de la planète, qu'il faudra accepter des reculs sur la liberté de circuler, accepter d'engager des frais immobiliers d'isolation, économies d'énergie, etc (pour notre bien, of course). Et, finalement, persuader les peuples qu'il est normal qu'ils paient pour les conséquences de l'insouciance des grands industriels, des grandes exploitations agricoles, des forestiers, des décideurs politiques qui se disent depuis des décades "le suivant se dém...ra!".
Subissant déjà la pollution, les risques technologiques, les catastrophes, les maladies professionnelles, les dégradations climatiques, faut-il que nous acceptions la double peine?
Qu'on incite à respecter la nature, à lutter contre le gaspillage, très bien. Mais qu'on mette devant leurs responsabilités les géants de la pollution, au lieu de nous proposer des régressions, et toujours plus de charges financières. Nous faisons des efforts depuis 20 ans .
JAMAIS on n'a reconnu une amélioration constatée. On a instauré le "pot catalytique", qui équipe des centaines de millions de véhicules. Si ça n'a eu aucun effet, alors, ceux qui certifiaient que cela aurait un effet considérable étaient des incapables ou des menteurs.
N'acceptons pas tout et n'importe quoi au nom de l'écologie. Pas de dictature verte!

le curieux
Scribe constant
Scribe constant


Revenir en haut Aller en bas

Ecologie.....

Message  patrick Mennessier-l'héno le Sam 5 Déc - 21:11

Tres bien , mais que proposez vous ?

patrick Mennessier-l'héno
Scribe constant
Scribe constant


Revenir en haut Aller en bas

les impératifs écologiques

Message  le curieux le Dim 6 Déc - 18:33

En réponse à Patrick Mennessier-L'Hénoret: je ne possède certes pas LA solution. Je donne ma vision de ce qu'on nous offre, ou nous offrira.
Je crois sincèrement qu'il y a mieux à faire que du rackett et des restrictions tous azimuts.
On pourrait peut-être récompenser ceux qui oeuvrent à la recherche dans ces domaines, par exemple, une sorte de prix pour des chercheurs qui élaborent des moteurs très peu gourmands (il en existe déjà plusieurs, mais, lobbys du pétrole et de l'automobile obligent, ils restent à l'état de prototype).On pourrait multiplier les possibilités de stationnement en ville, ce qui réduirait le temps de circulation des véhicules. On devrait réhabiliter des lignes SNCF d'intérêt local (disons un rayon de 30 km), qui permettraient à des dizaines de milliers de travailleurs de laisser la voiture au garage. On pourrait demander aux entreprises dont les toitures représentent parfois des dizaines d'hectares de récupérer l'eau de pluie. On pourrait...on pourrait... On pourrait cesser le black-out sur la réalité de la surpopulation, et préférer faire vivre mieux 7 milliards d'individus, plutôt que de continuer la fuite en avant en ne voyant que toujours plus de consommateurs.
Il y a des problèmes spécifiques aux états, autres que la pollution. L'économie, le social. Car pour moi, l'écologie englobe et a pour but principal, outre le climat, les conditions de vie. Par exemple, en France, et je sais que nous sommes du même avis, la suppression du service militaire fut une énorme erreur. Aggravation du chômage, perte des effets positifs sur les jeunes: responsabilisation, solidarité, sens du pays et du devoir, apprentissage du métier des armes, mais aussi de nombreux métiers viables dans le civil. Plus politiquement, l'obédience à Bruxelles nuit gravement à l'agriculture, la pêche, l'industrie, et j'en passe. Se désengager ne peut que nous être bénéfique.
On pourrait aussi cesser de distribuer en pure perte des sommes énormes aux pays dits en difficulté, et avoir des exigences de résultats: plutôt que des villas sur la Côte d'Azur, que les gouvernants construisent enfin leur pays, créent de l'emploi, éduquent les enfants, bref, que leurs citoyens vivent mieux.
Le sujet est aussi vaste que le monde, on peut disserter dans une foule de directions.
Il y a des urgences (déforestation, gaz, produits toxiques, radioactifs), et des actions à moyen ou long terme. Nos dirigeants sauront-ils imposer aux puissants groupes mondiaux un changement d'attitude? Car le temps nous est compté.

le curieux
Scribe constant
Scribe constant


Revenir en haut Aller en bas

Le curieux....

Message  patrick Mennessier-l'héno le Dim 6 Déc - 19:00

Je suis d'accord avec vous mais aussi a DLR de réinventer une autre écologie .

J'étais samedi sur un marché a distribuer des tracts , entourés de " verts " .
J'ai lu leur très beau et luxueux dépliant ( l'argent rentre... ) , RIEN sur la DEFORESTATION , RIEN sur les PESTICIDES , RIEN sur la DISPARITION d'une multitude d'espèces animales , RIEN sur la surpopulation ...
Par contre nous avions droit a la taxe carbone , aux véhicules , aux économies d'énergie etc...autrement dit de l'écologie de bobos et d'extremes gauchistes .

Sans commentaires !

patrick Mennessier-l'héno
Scribe constant
Scribe constant


Revenir en haut Aller en bas

Ecologie

Message  le curieux le Lun 7 Déc - 10:10

Je vous suis totalement là-dessus. On nous promène, je dirais même qu'on nous berne.
Quand on nous présente comme un objectif ambitieux, non pas de réduire, mais de "limiter" à 2° la progression de la température, et encore, d'ici 30 ou 40 ans, quelle fumisterie. C'est un grand déploiement de chefs d'états, très coûteux, évidemment, et, à part des décisions de principe, rien de sérieux n'en sortira. Mais il y a gros à parier qu'on va nous démontrer qu'il faut se compliquer la vie, contribuer financièrement, mais je doute qu'on arrête la terrifiante déforestation en Amazonie, la propagation des OGM, la prolifération du nucléaire.
Vous dites "c'est à DLR d'inventer une nouvelle écologie". Je crois en effet qu'on ne pourra compter que sur nous (les républicains sincères) si on veut que ça change.
J'ai suggéré (mais un citoyen lambda ne pèse pas lourd) à plusieurs hommes politiques la relance FORTE du transport fluvial, où il y a une demande renaissante et qui progresse nettement. A quoi se grefferait la modernisation du réseau, la création de grands axes, d'écluses plus grandes, l'établissement d'une logistique moderne, tous travaux créateurs d'emplois pérennes.Et le rapport tonnage transporté/carburant et carburant/pollution sont écologiquement très intéressants. Si l'idée intéresse à DLR, et que des gens plus compétents que moi approfondissent la question, tant mieux!
Je crois plus à l'efficacité du bon sens qu'aux poignées de main de chefs d'état.

le curieux
Scribe constant
Scribe constant


Revenir en haut Aller en bas

Suite....

Message  patrick Mennessier-l'héno le Lun 7 Déc - 10:20

Je ne sais pas si vous etes membre de DLR , mais essayons , certains d'entre nous de nous réunir sur le sujet , et de faire des propositions a NDA .
Je dis toujours que l'écologie LA VRAI ne doit pas etre laissée aux extremistes de gauche .
Pour eux l'écologie a été un moyen pas un but , un moyen d'accéder a des fonctions auxquelles ils n'auraient jamais eu droit sans cette étiquette ( mamère , voynet , cochet , bové ) .

patrick Mennessier-l'héno
Scribe constant
Scribe constant


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les impératifs écologiques pourraient-ils remettre en cause la démocratie ?

Message  Lagaffe le Lun 7 Déc - 11:08

patrick Mennessier-l'héno a écrit: ...
Je dis toujours que l'écologie LA VRAI ne doit pas etre laissée aux extremistes de gauche .
Pour eux l'écologie a été un moyen pas un but , un moyen d'accéder a des fonctions auxquelles ils n'auraient jamais eu droit sans cette étiquette ( mamère , voynet , cochet , bové ) .

Je suis bien d'accord, voir ce message(http://forumdelarepublique.forumactif.com/programmes-elections-f41/rapprochement-modem-europe-ecologie-t175.htm#1189).

Je ne pense pas que l'écologie soit très porteuse dans la campagne des régionales sauf peut-être dans certaines régions très spécifiques si nous y avons une liste ou bien en débat annexe à celui des transports (par ex. bus au gaz, développement des mini voitures électriques, etc...)

Il est par contre certain que ce thème devrait être repris par DLR de façon forte et mentionné plus souvent dans nos interventions publiques. Je suggère même qu'un logo "écolo-vert" spécifique DLR soit créé par nos graphistes pour être intégré sur tous nos tracts.
avatar
Lagaffe
Scribe appliqué
Scribe appliqué


Revenir en haut Aller en bas

écologie

Message  le curieux le Lun 7 Déc - 11:13

A P. Mennessier-l'Hénoret: je ne suis que sympathisant, mais je me retrouve dans la plupart des idées de DLR. C'est pourquoi je me manifeste (peut-être un peu trop) souvent sur le blog et les forums, où se manifestent des gens de sensibilités diverses, mais ayant toutes et tous une idée de la France plus noble que celle du ramassis de politicards que nous subissons.
Mon Certif et mes CAP ne font pas de moi un technicien. Mais le sujet que j'ai évoqué sur les transports fluviaux et sa valeur économique et écologique sont facilement vérifiables.
Je pense que comme moi, vous avez une vision de l'écologie avant tout humaniste. Et je serais tenté de dire que l'écologie est une affaire trop sérieuse pour qu'on la laisse aux seuls politiques. La plupart de ceux qui vont à Copenhague ne sont même pas conscients de l'urgence des principaux problèmes!

le curieux
Scribe constant
Scribe constant


Revenir en haut Aller en bas

Suite....

Message  patrick Mennessier-l'héno le Lun 7 Déc - 11:25

On ne se manifeste jamais trop ici . Parfois nous ne sommes pas d'accord ( normal puisque DLR va d'anciens chevenementistes a d'anciens FN ) , parfois cela est vif (!) , mais nous devons nous retrouver sur certaines valeurs . Et puis vous savez , les études...n'ont jamais été un gage d'intelligence !

patrick Mennessier-l'héno
Scribe constant
Scribe constant


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les impératifs écologiques pourraient-ils remettre en cause la démocratie ?

Message  Iznogoud le Lun 7 Déc - 11:28

le curieux a écrit:A P. Mennessier-l'Hénoret: je ne suis que sympathisant, mais je me retrouve dans la plupart des idées de DLR. C'est pourquoi je me manifeste (peut-être un peu trop) souvent sur le blog et les forums, où se manifestent des gens de sensibilités diverses, mais ayant toutes et tous une idée de la France plus noble que celle du ramassis de politicards que nous subissons.
Mon Certif et mes CAP ne font pas de moi un technicien. Mais le sujet que j'ai évoqué sur les transports fluviaux et sa valeur économique et écologique sont facilement vérifiables.
Je pense que comme moi, vous avez une vision de l'écologie avant tout humaniste. Et je serais tenté de dire que l'écologie est une affaire trop sérieuse pour qu'on la laisse aux seuls politiques. La plupart de ceux qui vont à Copenhague ne sont même pas conscients de l'urgence des principaux problèmes!

Non, non, c'est très bien ainsi, continuez... cheers
avatar
Iznogoud
Modérateur
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les impératifs écologiques pourraient-ils remettre en cause la démocratie ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum